Sculptures, art

 

Général de Gaulle

La statue du Général de Gaulle; sise esplanade Charles de Gaulle, à l'entrée de Castelnau, a été inaugurée à l’occasion du centenaire de sa naissance, le 22 novembre 1990.

 

La cérémonie s’est faite en présence du Préfet de Région Bernard Gérard, du Maire Jean-Pierre Grand et du petit-fils du Général, Jean de Gaulle, alors député des Deux Sèvres. 

 

La sculpture en bronze a été réalisée par Gil Orengo, artiste peintre, sculpteur.

 

Accès, tram ligne 2, arrêt Charles de Gaulle.
 


Charles AMANS

Héros castelnauvien de l’aviation Il est né à Castelnau-le-Lez le 27 septembre 1891 de Clovis AMANS  et Cécile HERAIL. Son père, Clovis, était propriétaire d’une biscuiterie sise au Moulin de la Poudrière (actuel Moulin Bleu). 


Charles fut une gloire de l’aviation française lors de la première Guerre Mondiale.


La guerre terminée, il satisfait sa passion en créant l’aéro-club de Montpellier, sur un terrain à
Candillargues, qui forme pilotes et mécaniciens. 
Il fut en ce domaine un précurseur.


Le 9 décembre 1925 au matin, il se rend à Candillargues et prend place à bord de son avion
(un Bréguet) avec son mécanicien Marcel CHARRIÉ. Il s’envole et, quelques minutes après l’appareil tombe dans une vigne et s’enflamme. « De dessous les débris calcinés, on retira deux cadavres méconnaissables et rabougris. » (Le Petit Méridional du 10 décembre 1925).


L’abbé Jean-Baptiste FABRE

Il ne s’agit que d’un moulage du buste original qui a été inauguré l’été 2000, scellé sur un piédestal érigé au droit de l’église médiévale Saint Jean Baptiste, le buste coulé en bronze par Rolland et sculpté par Henri Varennes dans les années 1883 – 1884 se trouvant à Montpellier dans le square Saint Roch après de muliples péripéties... Réfusé puis finalement accepté par la municipalité de Castelnau dans les années 1880, il finit par être rendu à Montpellier en 1907. Caché pour éviter d'être fondu pendant la guerre de 39/45, il fut réinstallé en 1949 dans le square St Roch à Montpellier.

 

Né le 26 mars 1727 à Sommières, Jean-Baptiste FABRE suit des études de théologie au collège des Jésuites de Montpellier, de 1745 à 1751. 

Séminariste à Nîmes, il est ordonné prêtre en 1752. En 1756, l’évêque, qui l’apprécie, le nomme à Castelnau-le-Lez. C’est là qu’il rédige, entre autres, « Le trésor de Substancion ». Fait curé prieur de Celleneuve en 1780, l’abbé FABRE y meurt le 6 mars 1783, à l’âge de 56 ans, d’une congestion pulmonaire.


Jean-Baptiste FABRE se révèle comme un grand écrivain dans son oeuvre en Occitan, beaucoup  plus libre et inventive.


Les monumentales de Boutillier

L’artiste sculpteur-métallier Patrick BOUTILLIER DE SAINT ANDRÉ a fait don à la ville de sculptures monumentales.

 

Professeur de métal et de dessin créatif et technique à l’École des Beaux-Arts d’Aix-en-Provence ; et après de nombreuses expositions en France et en Europe, toutes couronnées de récompenses, un ouvrage retraçant ses « 50 ans de création » a été publié en 2015.


Retrouvez les sculptures monumentales à travers la ville : « L’oiseau corten » (avenue de la
Monnaie), « La Lyre » (rond-point du Devois : avenue Konrad Adenauer), « Les algues marines »
(à l’entrée du Parc Monplaisir), "Architecture cathare n°1 et 2" (Grand Parc Laporte) et « La Croix » acquise par la Ville, (square François DAUMAS).


 

ACCÈS RAPIDE